GG Vikey, le poète exalté

Posté le 3 décembre 2007

gg1.gif             gg11.gif
Il y a quelque temps, je rencontrais, avec un ami, GG Vikey dans sa villa de Calavi, une des banlieues populaires de Cotonou. Quand je lui ai fait savoir que je voulais réaliser un documentaire sur lui et sur sa carrière, il a paru embarrassé, puis a manifesté du bout des lèvres son accord. Des dates avaient été alors fixées pour qu’il me raconte par le menu sa vie et ses souvenirs. Mais aucun des rendez-vous n’a jamais pu être tenu. Motif ? L’auteur de « le lac Ahémé » évoquait à chaque fois mille et une raisons pour repousser notre entretien. A la vérité, il n’avait strictement rien à rebattre de sa vie artistique passée. Comme si, remonter le temps, revisiter ses souvenirs, faire revivre ses succès d’antan, ne lui rapporterait que des regrets. On a l’impression que des plaies liées à cette période restent toujours ouvertes et qu’il ne veut, en aucun cas, les faire saigner à nouveau.

Et pourtant, GG Vikey demeure une icône. Non seulement pour la chanson, mais également pour sa poésie ; une poésie simple, traversée par un puissant souffle et une sensibilité extraordinaire. De lui, on disait qu’il avait le ton de Georges Brassens, le lyrisme de Otis Reading, mais surtout l’autodérision des gens de chez lui. Toutes choses qui ont fait de lui l’un des musiciens africains les plus talentueux de sa génération.

Et pourtant, sa carrière n’a tenu que sur dix ans. Dix ans (1964 et 1974) riches et prolifiques entièrement dévoués à la musique. Retour sur un parcours, sur la vie de ce « gentleman » qui a renoncé trop tôt à la gloire…et à la musique.

lire la suite…

 Enfance

Novembre 1944.

Alors qu’en Europe, les troupes alliées lancent leurs derniers contingents pour défaire l’armée hitlérienne sur tous les fronts, naît à des milliers de kilomètres de là, dans une colonie française, le Dahomey, un petit enfant nommé Gustave Gbénou Vikey. Il est originaire de la sous-préfecture d’Athiémé, précisément du village Bopa, petite commune du sud-ouest du pays.

Vikey est un enfant fort espiègle. Son père souvent absent – parce que cultivateur – c’est à sa mère, vendeuse au marché à qui revient son éducation.

A l’époque coloniale, l’école était presque gratuite. En 1950, quand il atteint l’âge de six ans, le petit Gustave, accompagné de sa mère, est inscrit à l’école primaire publique de Bopa. C’est là qu’il fera toutes ses classes avant d’obtenir son certificat d’études primaires en 1955.

Avec une bourse de l’éducation nationale, Gustave se retrouve au lycée Victor Balot à Porto-Novo. C’est le plus grand établissement scolaire du Dahomey, là où est formée l’élite du pays. Le jeune Vikey, en régime d’internat, aime souvent se retirer les soirs d’insouciance, pour jouer à la guitare. Bientôt, avec ses camarades, il forme le premier orchestre de musique moderne du lycée.

En avril 1960, après les congés de Pâques à Bopa, Gustave  Gbénou emprunte une pirogue pour Sègbohouè d’où un train devrait le ramener à Porto-Novo. Pendant la traversée, raconte Gilles Salla son ami et producteur antillais, « il est subjugué par les scènes des piroguiers et des pêcheurs sur le lac Ahémé. L’âme poétique de l’élève en est flattée ». Il compose sa première chanson « sur le lac Ahémé ».

L’Etudiant admirait Aznavour et Brassens, mais…

Le 1er août 1960, le Dahomey devient indépendant. Mais la tradition qui veut que les meilleurs élèves soient envoyés en métropole pour poursuivre leurs études, n’est pas abandonnée pour autant. C’est ainsi qu’après son bac, Vikey se retrouve en France le 2 septembre 1962, précisément au Havre où il s’inscrit à l’Ecole Supérieure de Commerce.

En été de l’année d’après, il se rend à Paris, profitant des vacances pour travailler et se faire un peu d’argent. L’époque est dominée par les chansons de Brassens et d’Aznavour. A la radio, à la télévision, et même à l’Olympia – salle mythique de spectacles – il y en avait que pour les deux stars. Le jeune homme les admirait certes, mais il préférait ses propres compositions.

Dans le bureau où il est engagé, Gustave chante à longueur du temps les chansons de son répertoire. Un fonctionnaire qui est dans le service, agacé de l’entendre ainsi, lui suggère d’aller faire une audition dans une maison de disques qui produit de la musique exotique. A la sortie, Vikey se rend à l’adresse indiquée, rue Richelieu. Celui qui le reçoit, un certain Gilles Sala, chanteur et également producteur aux studios Riviera, lui offre sa première chance.

sala.gif 

Subjugué, Sala découvre des airs étranges, gais et presque mièvres, mais enracinés dans les réalités du terroir africain. Il fait signer aussitôt à l’auteur un 45 tour. Mais pour le marketing, on abrège le nom et le prénom par leurs initiales GG, et on y ajoute Vikey.

La carrière

Sur le disque, figurent quatre chansons : « Sur le lac Ahémé », « Le Mal du pays », « Ma petite Jeanne », « Laisse-moi t’embrasser ». Mais de tous ces morceaux, c’est « Sur le lac Ahémé » qui est plébiscité. L’accueil au Dahomey et dans la communauté noire de Paris est enthousiaste. L’année qui suit, c’est-à-dire en 1964, la jeune vedette passe à la vitesse supérieure avec un super 45 tour, l’inoubliable disque « gentleman Vikey », l’album de tous les records.

En fait, « gentleman Vikey » est une composition d’un musicien nigérian Bobby Benson intitulé « gentleman Bobby ». Bobby était à l’époque un grand musicien, chef d’orchestre (Bobby Benson and his Combo) qui a imposé le high life nigérian.

En reprenant le morceau fétiche « gentleman Bobby », Vikey lui donne une connotation particulière, faisant de son personnage l’éternel séducteur que s’arrachent les femmes. L’album est numéro 1 au hit parade africain, de 1965 à 1968 !

Avec cet enregistrement, le jeune étudiant a de quoi s’offrir un voyage sur sa terre natale. Héros d’une musique populaire, ses retrouvailles avec le Dahomey seront ponctuées de concerts aussi bien à Cotonou, à Porto-Novo qu’à Lomé. Désormais, ses fans se recrutent un peu partout en Afrique.

Après le Havre, et Toulouse, Vikey poursuit ses études à l’Ecole Supérieure de Commerce d’Amiens où il obtient son diplôme en 1967. Entre-temps, il enregistre son troisième album « vive l’Afrique », puis un quatrième « Vive les vacances », puis un cinquième « va-t’en donc ».

 gg5.gif

Le militant et le clerc

Si le musicien est un observateur attentif de son milieu, il reste, avant tout, un militant de la cause noire. Bien même avant d’aller en France et de s’inscrire dans le courant de pensée des poètes de la Négritude, GG Vikey célèbre déjà les valeurs de la civilisation africaine, contrairement au négationnisme de l’Afrique que prône la colonisation. Arrivé en France, ce sentiment se renforcera par la lutte que mènent les intellectuels, les écrivains et les artistes de la diaspora. D’ailleurs, il insiste pour qu’on mette sur ses premières pochettes le surnom de « chantre de la négritude »

A l’époque, les rythmes dominants en Afrique étaient le high life ghanéen, la rumba congolaise et le calypso caribéen. GG Vikey était partagé entre ces trois rythmes. Fallait qu’il trouve le juste milieux ou alors les adapter à sa musique.

Il fera le choix du high life à la sauce dahoméenne. Un rythme en deux temps, battu par une tumba, joué par petites touches avec parfois de petits roulements. En fond sonore, des notes d’accompagnement que domine, de temps en temps, la guitare solo.

Dans toutes ses compositions inoubliables, GG Vikey y déploie son talent d’observateur attentif de la vie quotidienne de l’Afrique profonde. Une Afrique dont il exalte les valeurs et les multiples facettes.

Mais dans toutes ces chansons, il y a toujours en arrière plan, des préoccupations politiques. L’artiste aborde des thèmes graves comme la décolonisation de l’Afrique, l’apartheid dont le continent, en sa partie australe, était encore l’objet. Avant tous les artistes, GG Vikey avait chanté la roue qui tourne.

Mais le thème récurrent de GG Vikey, c’est l’Afrique positive, les paysages enchanteurs, les joies, les peines, toutes les étapes de la vie : de la naissance à la mort, en passant par le mariage.

Tout le monde se reconnaît dans ses chansons et dans ses textes. Les familles ont adopté « Dieu te bénisse » pour le baptême de leurs nouveaux-nés. Dans les cérémonies de mariage, on joue « vive les mariés ». Les mères, pour endormir leurs enfants, fredonnent « la berceuse du Mono ». Pour tourner en dérision les vantards et les grands bouffis de ce monde, on chante volontiers « Vikey est mort ». Les révolutionnaires, eux, ont élu « la roue tournera » comme leur hymne. Bref, une variation de thèmes et d’inspiration qui est parvenue à emporter l’adhésion de tous.

Au total, GG Vikey a sorti six 45 tours, un trente tour avec une quarantaine de chansons.

 Incompréhensible sortie

Mais le héros va vite se taire. Prolifique dans sa jeunesse, très inspiré pendant ses années d’études, Vikey va progressivement arrêter son rythme de composition en même temps que ses apparitions en public. Il a fait des études de commerce et de comptabilité. Engagé à la fonction publique en juin 1968, il commence à occuper des postes de responsabilité dès 1970. Notamment comme Chef contrôle des prix au ministère des finances, puis chef de production industrielle. Directeur général de la Loterie Nationale, directeur d’ungrand hôtel appartenant à l’Etat, puis directeur des loisirs au ministère du même nom. Désormais, il est un haut fonctionnaire de l’Etat, obligé, semble-t-il, de tenir son rang. Mais on raconte aussi que des problèmes personnels liés notamment à sa vie de famille, lui ont sapé le moral et éloigné du monde musical.

GG Vikey devient sombre, enfermé sur lui-même et solitaire. Bien vite, on le soupçonne de dépression. Il redevient un simple fonctionnaire du ministère de l’économie affecté dans les poussières d’un bureau où on l’appelle « doyen ». Des producteurs tentent de l’arracher à l’anonymat et lui proposent des remakes de ses anciens morceaux. Des remakes faits avec des instruments à vent, et sur des rythmes « cavacha » à la congo-zaïroise. Malgré des prestations honorables, son nouveau disque ne soulève pas les foules. Il semble que le héros ait déjà tout dit. C’est alors qu’il fut admis à la retraite.

GG Vikey aujourd’hui

Le répertoire de GG Vikey est une mine d’inspiration pour la nouvelle génération de chanteurs et musiciens béninois. Certains morceaux sont devenus carrément des classiques, objets de reprises et de réadaptations des artistes d’ici et d’ailleurs.

Si Poly Rythmo, l’orchestre légendaire des années soixante dix et quatre-vingt, a repris « la berceuse du Mono » sous le titre de « toutou gbovi », Angélique Kidjo portera à l’internationale le même morceau mais en a capella sur son album Voodoo Child. Les H2O, quant à eux, produiront une version hip hop de « davi », tandis que le groupe Akpouké s’appropriera « no ahué » dans un style high life plus moderne. Même la fanfare de la gendarmerie nationale reprend régulièrement ses chansons lors des défilés militaires.

Alors que les musiciens qui se retirent de la scène sont oubliés de la mémoire collective, GG Vikey, lui, avec les années, acquiert de la dimension et une stature de plus en plus grande. Un peu partout en Afrique, aux Antilles,  en France, le héros est régulièrement invité. Pour recevoir les compliments, les prix et les trophées des mélomanes qui lui rendent encore hommage.

Appelé de temps en temps en studio pour participer aux reprises des morceaux à succès des années soixante et soixante-dix, GG Vikey montre à chaque fois que sa voix est demeurée intacte, que le souffle poétique vibre toujours dans ses entrailles, exactement comme une pépite d’or qui ne cessera de briller. En 2005, le troisième tome de Bénin passion lui a rendu hommage, à travers la plus emblématique de sa chanson « Gentleman Vikey ».

gg6.gif

Quelques chansons de Vikey 

Publiées entre 1963 et 1970, les chansons du Gentleman sont le fruit de sa passion jubilatoire pour sa terre natale. Ses vers, souvent libres, mais parfois rimés, sont articulés avec un souci de musicalité. Les mélodies qu’il parvient à arracher à sa guitare, viennent en amplifier la sonorité. Ajouté à ça, ses jeux rythmiques dont les principaux restent le high life, le calypso et les ballades. Ici, nous présentons deux courts  échantillons de ses textes.C’est un bonheur que de l’écouter. 

« Sur le lac Ahémé » 

Refrain 

Qu’il est gai de voguer /Sur le lac Ahémé/Quand le temps est serein/Fredonnant un refrain                            I-Sur l’eau calme et limpide/  La barque va très vite/ Un soleil éclatant/Apparait au levant/              Les pêcheurs enjôlés/ Déployant leurs filets /Entonnent des chansons/Capturent les poissons 

II-Un charmant paysage/ Se voit depuis le large /Une verte cité /Encadre l’Ahémé 

Plusieurs arbres fruitiers/ Palmiers et cocotiers/Forment un grand royaume/ Qu’ils couvrent de leur dôme 

III-Au loin, Bopa tout calme/Disparait rame à rame/On entend plus ces bruits/Il semble qu’il nous fuit/                     

Le rivage opposé/ Semble nous espérer/Des baigneurs, par leurs cris/Semblent nous accueillir 

Gentleman Vikey         

I-Je suis le gentleman Vikey GG / J’aime beaucoup voyager/ Et je chante partouT/ Les merveilles de l’Afrique/

L’Afrique est un grand pays/Le soleil brille tous les jours/Et moi je m’y promène/La guitare sous le bras 

                                               Refrain                                     

Attention ! Surveillez vos femmes/Attention ! Surveillez vos filles /Quand elles entendront mon calypso / 

Vos filles me suivront tous les jours    

 II-Je pince les cordes de ma guitare/Une dame vient m’embrasser/Son mari un ami/Me regarde méchamment 

Mais la dame est amoureuse de moi/Elle n’a d’yeux que pour moi/Elle dit à son mari/Coquin je ne veux plus de toi                                          

III -Mais moi je suis un gentleman/Au lieu de vous faire pleurer/Je préfère semer/La joie dans tous les coeurs                       

Je réconcilie les époux/Et je leur dis adieux/Je pars pour d’autres lieux/ Pour d’autres aventures/Pour d’autres aventures   

63 commentaires pour « GG Vikey, le poète exalté »

1 2
  1.  
    | 18:18
     

    Texte parvenu à ma boite et retranscrit
    Roger SIDOKPOHOU a écrit:
    Salut à toi,Florent ,

    Merci mille fois pour cette rétrospective qui nous fait énormément de
    bien,à nous qui avons été nourris , de  » Adowè ,Gari coudo Zomi » .
    Une petite anecdote au sujet de notre grand GG VIKEY national …
    Un soir, mes enfants s´apprêtaient à regarder leur  » novela » préférée.
    J´entends au loin la musique du générique, je fonce à ma discothèque ,
    j´en tire un 33 tours , le place sur le plateau du tourne-disque , et
    attends le résultat.
    Je les vois aussitôt accourir ,furetant partout, regardant tour à tour
    leur père et le …tourne-disque, ahuris : c´était  » La Berceuse du
    Mono » , et c´était la musique de leur novela brésilienne préférée .
    Merci  » Tonton  » GG VIKEY de continuer à nous alimenter au delà de
    l´Atlantique.Bravo MONSIEUR !
    Et merci à toi , Florent , d´adjoindre à tes qualités littéraires
    internationalement reconnues , celle de vigie de nos cultures et de nos
    talents .

    Un grand  » abraço  » de Sâo Paulo

    Roger SIDOKPOHOU

  2.  
    | 18:22
     

    Ah, Roger; je suis très ému de ton témoignage. Aurais-tu d’autres anedoctes sur la vie de GG. Car il est si peu bavard et, comme je prépare un livre sur lui, j’aimerais avoir un maximum d’informations.

    Mais c’est incroyable ces mélodies qui sonnent de l’autre coté de la mer. Les artistes sont plus que des véhicules, ce sont des magiciens…

    Encore une fois merci

  3.  
    | 18:26
     

    Re-Salut Florent ,

    Très heureux et rassuré que tu aies reçu mon post , même s´il n´apparait pas à l´écran : c´est avant tout à toi qu´il était destiné .
    Et puisque tu écris sur notre GG national , laisse-moi te compter un vécu .

    Dakar , 1968 , nous étions une bande de jeunes étudiants , tous aujourd´hui quinqua , venant de tous les horizons du Dahomey , de Béhanzin comme d´Aupiais , de Bourgine comme du Lycée technique , de Jeanne d´Arc comme de Notre Dame , du Borgou comme du Mono , de l´Atakora comme de l´Ouémé , de Cotonou comme de Parakou , de Dassa-Zoumè comme de Ouidah , de Porto-Novo comme d´Abomey , de Grand-Popo comme de Sèmè-Kpodji , de Tchaourou comme de Sakété , tous heureux de mettre enfin le pied à l´Université de Dakar , le  » petit Paris » de l´époque !
    Tous heureux aussi du vent de liberté qui portait toute la jeunesse de cette époque , chacun ayant au creux du ventre , un désir à la fois très simple et très fort que Freud aurait pu résumer en une phrase : deviens ce que tu es !
    Pour la première fois , à 18 ans pour la plupart , nous vivions une première séparation de notre terroir d´origine et de notre giron familial , décidés à croquer avidement ce fruit défendu , le premier de tous , le seul qui vaille qu´on se batte pour le conquérir ou le garder, la liberté !
    Mais la liberté est comme le premier verre de vin : énivrante !
    Notre ivresse dura trois mois , le temps d´arriver à l´harmattan , à la rencontre du vent sec du Nord , bien plus fort que chez nous , qui renforçait notre impression de  » petit Paris  » , mais également la nostalgie du cocon familial et du feu à charbon incandescent . Alors , nous nous serrions les coudes sur le campus , en nous entassant dans la chambre de l´un ou de l´autre , de préférence chez celui qui avait la meilleure provision de … gari .
    Et puis , un soir , alors que nous étions en train de refaire le monde , porte ouverte et gari sucré à la bouche , une mélodie envahit le couloir , provenant manifestement d´une autre porte ouverte . Nous nous précipitâmes dans le couloir , tous cueillis au ventre , et repérames tout de suite l´origine du séisme musical : c´était le doyen du couloir , cinquième année de médecine , collectionneur de vinyle , qui avait décidé de calmer la nostalgie de ces p´tits jeunes qui gueulaient , porte ouverte sur le couloir comme s´ils étaient à Djonké , et l´empêchaient de bosser .
    Nous étions sept , qui avançament en silence vers la porte du doyen , le respect au pied , la mélodie à l´oreille , qui nous susurrait ceci :
     » Yovo dé mi lé , adowè mou lé o , adowè va djro na mou kaka…  »
    C´était sa manière à lui , le doyen , de nous prodiguer à la fois un message et un massage de nostalgie , en nous offrant une voix du pays , et une guitarre aux sonorités magiques , celle de GG VIKEY .
    Quelques larmes perlèrent , des reniflements se firent entendre , des yeux rouges se cachèrent dans le couloir noir , mais tous avions une mélodie dans la gorge , telle une berceuse du mono , que chacun avait hâte d´aller fredonner dans sa chambre , en intimité , les yeux enfouis au creux du matelas mousse , pour mieux perpétuer la douce nostalgie du » Chantre de la Négritude  » .

     » Adowè , Adowè , Adowè ! Adowè , gari coudo zomi … »

    Les souvenirs qui nous restent sont celles qui ont marqué notre mémoire . Celui-là m´est resté, et je tenais à le restituer à son génial dépositaire : GG VIKEY !

    Voilà pour toi , Florent , très cher frère en écriture , pour en faire ce que voudras .

    Bien Fraternellement .

    Roger SIDOKPOHOU

    PS : pour ton livre , le texte de la deuxième de couverture de Gilles SALA , au dos du premier 33 tours de GG VIKEY, est aussi un document d´époque. Si tu ne l´as pas , je te l´envoie . Ok ? Tu me dis !

  4.  
    | 18:37
     

    Oui, je l’ai, ce 33 tour. J’ai dû faire le tour des discothèques par terre pour le retouver. Er si je te dis à combien je l’ai acheté, tu diras que j’ai eu la chance de ma vie. Au dos, il y a effectivement un sommaire biographique qui m’a permis de reconstituer un peu sa carrière…
    A suivre donc.
    Mais quant à ce souvenir que tu racontes, j’en ai les larmes aux yeux. Encore un témoignage de la belle époque. Merci.

  5.  
    | 18:40
     

    Césaire GBAGUIDI a écrit:
    J’ai été particulièrement impressionné d’écouter lors de mon séjour à
    Ouagadougou les chansons du rossignol GG Vickey sur les ondes et
    régulièrement. Les Burkinabè, quelle que soit la génération l’apprécient. cest
    la preuve que le grand artiste a ortement marqué les esprits des
    mélomanes.

  6.  
    | 18:47
     

    GG Vikey populaire au Burkina? Ce n’est pas surprenant. Je l’ai vu il y a deux ou trois ans à la télé recevant des mains de mme Compaoré un « Kundé d’or » (un trophée) à l’occasion d’une de ces soirées guindées dont la bourgeoisie burkinabé a le secret. Ce qui m’a impressionné, c’est la reprise en choeur de manière spontanée des morceaux de Vikey quand il faisait du play back. Et ce qui est surprenant, c’est que les jeunes aussi chantaient.

  7.  
    Salifou Moumouni
    | 23:40
     

    Bonjour Florent,

    Je trouve que tu as beacoup de chance d’avoir pu entrer en contact avec cette légende vivante qu’est GG Vickey ! Il a beau essayer de se faire oublier en s’isolant de tous, je pense qu’il a compris que c’est impossible ! Il est une icône, et les icônes sont inoubliables. J’ai chanté toutes ses chansons (même celles que je ne comprenais pas, comme la Berceuse de Mono), mais je les ai toutes oubliées car ses chansons sont devenues introuvables. GG Vickey est un grand homme, et je le respecte. Et toi aussi, je te respecte, car tu as su le retrouver et tu veux contribuer à le rendre un peu plus inoubliable.

    Moumouni (un nigérien loin du Niger)

  8.  
    Gédéon
    | 15:47
     

    GG Vikey est devenu l’actualié ces derniers temps au Bénin. Le chef de l’Etat a initié le 28 décembre 2007 un grand concert auquel a été invité le « doyen ». J’étais ému de voir le gentleman flottant dans sa veste et exécutant péniblement les morceaux de son répertoire sur un play back. On avait envie non de le voir en si piteux état, mais de le voir plutôt en meilleure forme. C’était vraiment une torture pour lui.
    Deuxième chose: l’agence Top Show biz vient de publier un coffret de ses dix huit chansons les plus populaires. Quatre mille fancs CFA ( 8 euros) pour un tel trésor, c’est vraiment un cadeau!

  9.  
    | 18:41
     

    Salut, le nigérien qui est loin de son natal!
    Merci pour ta contribution! Oui, je suis persuadé qu’il a des choses à raconter le vénérable chanteur, mais il y a des choses qui le retiennent. Mais un de ses proches m’a sursuré la stratégie qui pourrait la plus sûre et la plus payante. Comme vient de le souligner Gédéon, on a du mal à l’applaudir quand il vient faire ses plays backs émouvants!

  10.  
    Mathias
    | 21:57
     

    On ne sait pas si l’agence Top Show biz a versé les droits d’auteur à l’artiste. A voir là où en est aujourd’hui l’ancienne gloire de la musique béninoise, il ne serait pas surprenant qu’il soit encore victime d’une énième anarque.

  11.  
    IPM
    | 19:51
     

    Je vous remercie pour ce brillant expose sur l’artiste GG Vikey. Votre article m’a permi de brosser un tableau de ce talentueux chanteur que j’ai connu (a travers ces chansons) en grandissant.

  12.  
    chris
    | 2:54
     

    moi, mon frère et ma soeur, avions découvert une K7 de GG Vikey dans les affaires de nos parents. on l’a écouté,1 fois, 2 fois, 3 fois et c’était parti! on ne faisait plus que l’écouter, frédonner ses chansons à longueur de journées, sous la douche le matin avant d’aller au collège, dans la voiture de maman quand elle nous déposait et quand elle venait nous chercher, le soir en révisant les cours et au lit aussi… c’était amusant, parfois mélancolique… mais ce que c’était beau et enjouleur, entrainant et un petit-quelque chose que je ne saurais qualifier, un truc en tout cas

    c’est comme nous avions été ensorcellés
    vos chansons M. Vikey me font traverser le temps et me ramènent à une période de ma vie où règnaient insouciance, joie et simplicité. je vous remercie en tout cas de nous avoir fait partagé tant de bonheur…
    chris, 22 ans, Cote d’Ivoire/ France

  13.  
    | 14:04
     

    Je suis très touché par votre témoignage, Chris. C’est vrai que tous ceux qui, enfants, ont eu les chansons de GG Vikey comme décor musical, ne puvent jamais oublier le chanteur. Finalement, je me suis demandé pourquoi, au-delà de la poésie et des mélodies, il reste aussi vivant dans le coeur des gens. Je crois avoir trouvé la réponse: sa simplicité! La simplicité de ses mots qui savent dire l’essentiel, qui savent parler aux enfants, aux moins jeunes, aux adultes, bref à toutes les générations! Merci encore et que vive Vikey !

  14.  
    APLOGAN Jean-Luc
    | 17:38
     

    Cher ami.
    Je suis en congés maladie et en navagant je découvre ton « café » et ton excellent travail sur mon artiste préféré. Je te sais modeste et humble mais ton travail inspire respect et grande admiration. Il est précis et fouillé.Je le dis en connaissance de cause. La reconstitution, la réhabilitation bref le travail sur le patrimoine exigent du temps, de la méthode, de la rigueur et de la passion.
    Oui, Vikey mérite qu’on lui consacre du temps. L’idée de la collection « Bénin Passion », je l’ai eue d’abord pour GG Vikey. Mais le personnage n’est pas simple, tu l’as bien raconté au début. C’est d’ailleurs pour cela que nous n’avons pas encore réussi à sortir « L’intégrale de Vikey ».
    Papa, comme je l’appelle, je suis né en 1962, est méfiant, fier, digne et ne veut surtout rien devoir à personne.Une fois la confiance établie sa disponibilité devient totale, sincère et franche. Mais il faut être patient. Je parle de patience mais j’ajoute aussi la persévérance, c’est à ce prix que j’ai réussi à le convaincre et le ramener en studio. Idem pour le documentaire « Vikey: immense et immortel » que j’ai réalisé avec lui. Je tiens à ta disposition des annecdotes, des images de nos interviews, des photos, le documentaire et bien d’autres documents pour ton livre. Je pourrais aussi organiser une rencontre avec lui lors de mon prochain passage.
    Entre Vikey et moi une grande complicité s’est istallée aujourd’hui.Nous pourrions aussi rencontrer ensemble sa famille et d’autres proches du Gentleman.
    Il a encore plein de choses à faire avec lui, Vikey le mystique n’a certainement pas encore livré tous ses secrets!
    Le courriel de Sidokpohou que j’ai rencontré en 2006 est réconfortant. C’est un méticuleux collectionneur et un passionné de musique.
    Fraternelle amitié.Jean-Luc

  15.  
    | 19:43
     

    Cher Jean-Luc,
    Il ne restait que toi, le grand artisan du come back de notre icône nationale, de dire ton témoignage. Comme tu dis, il est difficile de l’avoir avec soi. Je vais donc me fier à toi pour avoir suffisamment d’informations sur lui afin de poursuivre mon projet. Tu sais, de nos chanteurs, il n’y a pas d’écrits. Il semble que tous, sommes obnubuliés par des choses qui sont importantes, mais qui font que nous laissons les choses esserntielles de côté. Je prends donc date. Et merci encore de nous avoir ressuscucité VIkey

  16.  
    KOFFI-KONAN Bertin
    | 17:18
     

    Après avoir parcouru la vie de cet homme qu’est G.G.Vikey, je suis absolument triste de la note de fin, de la manière dont un si grand baobab a fini ses « jours » bien que respirant encore. Il ne le mérite pas et ma peine est d’autant plus grande que Vikey paraît totalement anesthésié malgré toutes les tentatives de lui faire reprendre goût à la vie. C’est vraiment d’hommage pour la postérité. Pauvre destin quand tu ne nous laches pas!

  17.  
    Dossa P.
    | 21:49
     

    Atihou JB

    Mon cher Koffi-Konan,
    Je ne suis pas certain que GG Vikey vit aujourd’hui dans la misère. C’est un personnage qui vit seul et dans le dépouillement et non dans le dénuement. Quand vous allez chez lui, il n’y a pas pratiquement de mobilier pour vous accueillir. Tous ses moments sont consacrés à la réflexion et à la recherche spirituelle. Donc, tout ce qui peut constituer un poids pour son élévation, il s’en détache. Mais il a gardé son sourire et sa bonne humeur. Et il n’est pas du tout misérable. Il a fait l’école supérieure de commerce et un cadre supérieur de la fonction publique du Bénin, dans une catégorie exceptionnelle. Il continue de percevoir sa pension de retraité qui doit être substancielle!

  18.  
    Jacob Ngarboui
    | 11:58
     

    J’ai 64ans.Je voudraissavoir où pourrais acheter les titres suivants:
    Sur le Lac Ahémé-La Bêtise Humaine-Vives les vacances.Je vous remercie

  19.  
    Hugues Afriany
    | 18:20
     

    Bonjour à tous.
    Salut à tous les mélomanes d’Haïti. A toi GG pitié pour nous.

    Je n’oublierai jamais cette chanson de GG Vickey : « Que Dieu te bénisse »
    Toi qui vient de naître et que la vie te sourit…

    Elle a fait un tabac en Haïti à la radio et sur la bouche de tous. Nous la fredonnons avec amour à longueur de journée,

    Je cherche cette musique éperdument ou l’album depuis longtemps.
    Il faut qu’on repense à le reproduire. Merci

  20.  
    | 17:59
     

    Les oeuvres de GG Vikey font l’objet, depuis quelques années, de réimpression. Et les morceaux comme « Dieu te bénisse, le lac Ahémé », Vive les mariés et autres sont disponibles. Je crois même que c’est pôssible de les commander à la FNAC en France. Mais ici, sur place, à Cotonou, c’est vendu régulièrement!

  21.  
    Agossou wilfried zomagboguelou
    | 21:02
     

    sil vous plait je suis un etudiant beninois au bresil precisement a recife et je cherche les morceaux de gg vickey pour mon professeur bresilien qui connait cet talentueux beninoi et qui cherche a ecoute ces chansons mais je ne sais pas ou je peux payer son cd ici si vous pouvez maider a avoir ces chansons cela me fera vraiment plaisir
    merci d’avance

  22.  
    ALG
    | 17:47
     

    Partagez vos infos sur GG sur le groupe FaceBook :
    http://www.facebook.com/group.php?gid=29429655325

  23.  
    koulsy lamko
    | 12:51
     

    Hola Florent
    Como estas? Merci infiniment a toi de nous faire decouvrir ces precieux pans de la vie de cet immense poete musicien que l’Afrique nous a donne et qui en retour a su nous faire aimer le continent qu’il a celebre par ses mots, sa voix, sa guitare, son coeur, son engagement… Le travail que tu abats pour que memoire soit transmise me fait d’ailleurs penser que l’on devrait inclure dans les programmes et cours qui se donnent aux lyceens sur la negritude un volet « poete-chanteur-musicien » qui elargirait nos connaissances au dela du cercle entendu des poetes (tout court) Cesaire, Senghor, Damas, Rabemandjara… Vikey en serait un et si l’on cherche bien l’on en trouverait quelques autres qui comme Franklin Boukaka ont eu un engagement sans faille.Des eveilleurs de conscience!
    Si tu savais que chaque fois que venant de Lome pour Cotonou, des que mön regard se pose sur le lac, je fredonne vocalement ou mentalement et comme une obsession « Sur le lac Aheme »jusqu’a Cotonou!
    Au Tchad, pendant de nombreuses annees, bien des eleves de ma generation qui devaient passer leur certificat d’etudes primaires devaient presenter apres l’epreuve ecrite, une epreuve orale soutenu par un cahier que l’eleve composait lui meme avec des textes de poesie, de chants et des illustrations… Plus de la moitie de nos textes du cahier d’epreuve orale etait composee des textes des chants de GG Vikey! Et ca faisait un drole d’effet quand on finissait son epreuve et que l’on passait devant les autre salles d’entendre les autres concurrents chanter l’un ou l’autre des morceaux de Vikey. Et que de gens ont associe l’instrument guitare a GG Vikey! Laisses a nous memes, puisque nous n’avons jamais eu d’ecole de musique, nous apprenions a jouer a la guitare en reproduisant et chantant Vikey…Un maestro dans tous les sens du terme!Plus tard vint Marley…
    Aujourd’hui encore mes oncles qui trop tot ont abandonne les bancs de classe en fredonnent les airs dans leur champs de coton…ou pendant les peches sur les cours d’eau. Meme s’ils remplacent « au loin Bopa s’avance » par « au loin papa s’avance »…
    Reserve m’en quelques unes de ces pieces precieuses… pour la prochaine fois que j’ai le bonheur de revoir Cotonou…
    Abrazos fuertes

    Koulsy

  24.  
    nnnnnn
    | 17:40
     

    juste un commentaire

  25.  
    dupuy christophe
    | 16:15
     

    j’aimerai trouver le cd de gg vikey sorti en 2002 « le chantre de la négritude et sa guitare merci d’avance

  26.  
    | 20:18
     

    Cher Koulsy,

    Heureux de te lire. Heureux de savoir que ton enfance a été, comme celles de beaucoup d’entre nous, marquée par les chansons et les mélodies de Vikey. C’est vrai que ces textes méritent de figurer dans des manuels de littérature, au même titre que les extraits de romans, de pièces de théâtre, de nouvelles. il y a quelques jours, j’ai visionné le film « la Môme Piaf », et j’ai été frappé par l’extraordinaire métier du réalisateur qui a restitué la vie brève et fantasmagorique de cette dame de l’histoire musicale de la France. J’ai eu envie de faire pareil, me risquer à la même tâche en faisant un film de fiction sur GG Vikey. Et j’ai fini presque le scénario. C’est notre devoir, nous qui avons la possibilité, de faire un travail de mémoire. A travers des livres. Ou les films. Merci pour ton témoignage.

  27.  
    | 9:18
     

    Pour les amis qui demandent à savoir s’il y a possibilité de commander par le web les disques de GG Vikey, je suis incapable de les informer. Il y a, en ce moment au Bénin, une société de production et de distribution Top Showbiz qui distribue ces oeuvres. Deux CD sont disponibles avec les titres comme Gentleman Vikey, la fête au village,la berceuse du mono, Vikey au paradis, Non ahoué,la route tournera, Kante Facelli, Président Vikey, Je vous remercie, Vikey est mort, Que Dieu te bénisse, Aujourd’hui je pleure, daavi, Nostlagie africaine, Vive l’Afrique, Va-t-en donc.
    La société Top Showbiz, aux dernières nouvelles, ne vend pas par internet. A moins qu’elle ait des relais en France ou ailleurs.

  28.  
    Sidokpohou
    | 16:43
     

    je suis le petit neveu de Roger Sidopkohou je l’ai
    perdu de vue il y a un momment j’aimerais bien avoir
    ces coordonés ou qu’il m’écrive merci à vous
    cordialement
    Marcel Sidokpohou

  29.  
    Ogouma Kenneth
    | 14:55
     

    Voilà un excellent travail!!!
    Bravo, Florent! Il le fallait, cette retrospective sur la vie et l’oeuvre de cette icône de la culture béninoise et africaine.
    Je suis professeur de français langue étrangère au centre béninois des langues étrangères, et cette retrospective me vient à point nommé car j’ai un projet de didactisation des textes des chansons et des chansons elles-mêmes de Vickey pour l’apprentissage du français par la musique et la chanson. Ce projet fera partie des activités de la semaine de la francophonie en mars prochain et les didactisations seront proposées aux professeurs de français de différents établissements publics et privés d’enseignement dans la zone de cotonou-calavi.
    Une fois encore, bravo!
    P.S. Je suis au 97 64 66 32

  30.  
    mehinto mickarette
    | 15:23
     

    bjr Mr florent, je suis étudiante en comptabilité à l’ENEAM mais je fais de la musique béninoise et la littérature deux passions de premier rang.la seule qui me fais mal c’est que même nos dirigeants ont une prise en charge éphémère de la musique comparativement à la Côte d’Ivoire et autres nous sommes plus qu’en arrière.pensons-y sérieusement et reprenons la promotion de nos émérites artistes qui vivent tjrs comme GG VICKEY.Fofo Florent merci, de nous ressourcer que dis-je de nous raconter l’histoire de ce grand homme qui apaise nos coeurs et nous fais danser chaque fois que nous l’écoutons. merci bcp

  31.  
    OUEDRAOGO
    | 18:13
     

    C’est eternel le travail qu’il a abattu. Nous les jeunes on a besoin ces paroles magnifiques pour revivre les années anterieures

  32.  
    | 0:21
     

    Chers amis (Kenneth,Mickarette, Ouedraogo)
    Je suis très flatté par tous les soutiens et tous les témoignages que vous ne cessez de m’envoyer sur Vikey.
    C’est vrai que j’aurais pu aller un peu plus loin, mais ce serait pour le livre que je prépare en ce moment. Merci à tous!

  33.  
    Evelyne
    | 2:12
     

    Bravo!!! Quel retour au pays pour les déracinés. Continuez ainsi pour d’autres artistes.
    Ogouma Kenneth (le correspondant 29 du 23 janvier 2009) me fait peser à mes années collèges à Cotonou, merci de lui communiquer mon mél pour un contact.

  34.  
    mantia charles
    | 19:29
     

    recherche depuis tres longtemp les albums de gg vikey.

  35.  
    José
    | 18:25
     

    Moi aussi je le recherche!

  36.  
    | 9:28
     

    Chers amis (Evelyne, charles, José) : les oeuvres de GG Vikey, éditées il y a 40 ans, ne sont pas disponibles en vinyle. Mais certains amateurs, les vieux disquaires en disposent en collection privée. Devinez donc qu’ils ne veulent pas s’en séparer, étant pour eux un trésor inestimable. Cependant, il y a une société qui a réimprimé dix de ses chansons sur support CD – avec une qualité à faire trembler les oreilles -. Ces albums se vendent à Cotonou et ne sont pas commercialisés à l’internationale.

  37.  
    akouvy 3a télésud
    | 20:52
     

    patrimoine d afrique, chansons de mon enfance, vécus de mon enfance,berceau de mon existense, sources de mes joies, rires de ma jeunesse, sons de mon enfance indélébiles à jamais;;;;;;LES CHANSONS DE VICKY; vicky, j ai 40 ans aujourdhui , j ai grandi avec toi !!
    mireille ANTHONY
    0662659023

  38.  
    Christian HENRI
    | 0:48
     

    Merci pour cet article. J’ai en tête trois musiques de GG Vikey : le lac Ahémé, le gentleman et surtout la berceuse. Comment les écouter ?
    J’étais à Gagnoa en Côte d’Ivoire en 1966, 1967 ? J’avais alors 10/11 ans et GG Vikey a bercé mon enfance. Je fredonne toujours ces airs à 52 ans alors que je n’ai ni disque ni cassette… A la maison on n’achetait pas la musique africaine. Quel dommage.
    Grand merci t si vous pouvez m’indiquer un site pour entendre ces trois chansons.
    C. HENRI

  39.  
    sylla
    | 18:48
     

    salut gg vikey je suis un de tes fan car j’ecoutais ta musik des le bas age et j’ai grandi avec ce rythme de musik j’adore beaucoup ta musik c’est un mal ke tu est arreter de composer donc fredonne nous encore tes melodie car nous avons envore besoins de ca sylla mon mail c’est nolivejolie@live.fr

  40.  
    Georges GB. Vikey alias Soul Careta
    | 16:41
     

    Cher Florent,
    je vous suis reconnaissant parce que vous contribuez chaque jour,d’avantage,à ce que le Come Back de G G Vikey se réalise et de ce fait, Merci ! Oui, il faut le dire car tous les témoignages ne suffisent plus aujourd’hui pour faire la lumière sur cet illustre personnage. Aujourd’hui encore je suis à la tâche pour révéler au grand jour tout ce que beaucoup de personnes aimeraient savoir sur cet Artiste et ce joyau du Bénin. Un homme hors pair.
    Nous souhaitons tous que G G Vikey reste dans notre patrimoine culturel comme la référence incontournable par rapport à la Musique et surtout! pour sa poésie et son sens inégalé de l’humilité et de l’amour du continent ensolleillé : Efrakatah .
    Il nous aidera – et c’est prophétique -à retrouver notre identité noire internationale et universelle. Et sans ambiguité car il est important de rappeler que G G Vikey appartient à l’élite intélectuelle mondiale.
    Son fils

  41.  
    alloha
    | 0:53
     

    mille mercis pour ce reportage.j ai la chair de poule rien quand lisant toutes ces anecdotes sur GG vickey

  42.  
    kamiss
    | 15:09
     

    slt GG vikey

  43.  
    Aguidé Trésor
    | 11:07
     

    Salut Florent!
    Merçi pour ce gros plan sur GG vikey, il demeur la star de tout les temps, puisque aimons toujours ces chansons3.Que Dieu puisse l’aider pour qu’il sorte du coma.

  44.  
    Aguidé Trésor
    | 11:11
     

    Salut Florent!
    Merci pour ce gros plan sur GG vikey, il demeure la star de tout les temps, puisque nous aimons toujours ces chansons malgré notre jeune age.Nos parents ont dansé , chanté sur tes rythes.Que Dieu puisse l’aider pour qu’il sorte du coma.

  45.  
    Georges Vikey GB.
    | 13:54
     

    Cher Florent,
    j’ai bien reçu votre mail et c’est bien pour cette raison que je vous recontacte pour vous inviter à nous renconter dès que vous le souhaitez. Je suis à Paris avec mon père qui est arrivé il n’y a pas si longtemps.
    Vous pouvez aussi me joindre directement par téléphone au 06 46 50 31 31 à bientôt.

    Georges

  46.  
    Suleman
    | 8:09
     

    comment et ou trouver l’original de « LE LAC AHEME » et de « LOIN DE MON PAYS » de G G VIKEY ?
    Merci encore

  47.  
    colin joseph
    | 19:36
     

    bonjour je suis a montreal canadal merci pour vos informations sur GG Vikey j aimerais savoir comment procurer ses disques en amerique du nord ou de les commender en europe ou en afrique merci

  48.  
    colin joseph
    | 19:38
     

    bonjour je suis a montreal canada merci pour vos informations sur GG Vikey j aimerais savoir comment procurer ses disques en amerique du nord ou de les commander en europe ou en afrique merci

  49.  
    EDAU
    | 13:05
     

    Bonjour de Guadeloupe aux Antilles Françaises il y a til quelqu’un qui peut me faire avoir la discographie complete de GG VICKEY livre et meme videos de ces chansons merci en attente d’une reponse est il toujours en vie? car je n’ai pas d’information

  50.  
    Euloge HouénagnonAKONDE
    | 20:53
     

    Merci pour tout vos témoignages. mon cher Florent que le Ciel porte haut ton flambeau.Mon anedocte sur mon ami parceque il venait prendre regulierement un pôt a côté du camp à Calavi et tous les collègues l’abordaient puisque beaucoups ayant déjà défilé sous ses moceaux bien flédonnés par la phamphare militaire. GG V grande etait ma joie quand je me vantais devant un groupe jeune en RDC quand vive les mariés a accompagné le mariage du president Joseph KABILA. Oui je me rapelle encore quand j’étais élève sur le chemin de l’école seul une compilation de GGV a Colinisée mon Baladeur.Mais domage un ami qui me l’a prêté ne me la plus retourné jusqu’à ce jour mais je comprend les Morceaux du Génie sont dégustable sans modération.

1 2

Laisser un commentaire